Démystifier la technologie LDTD: « Multiplexage, possible avec le LDTD? » et « Auto-échantillonneur, essentiel ou non? »

La technologie LDTD existe depuis déjà quelques temps et pourtant, comme il s’agit d’une technologie qui se trouve loin des systèmes traditionnels LC-MS, les gens les comparent et tentent de comprendre comment fonctionne notre technologie. Pour démystifier le tout, nous avons décidé d’entamer une série de publications permettant de répondre aux questions les plus fréquemment posées sur la technologie LDTD.

Sujet #3: En quoi consiste le multiplexage de composés avec le LDTD et comment fonctionne-t-il?

Pourquoi est-ce que les utilisateurs voudraient-ils utiliser la technique de multiplexage des composés? Pour gagner du temps! Le multiplexage réduit le temps d’analyse du spectromètre de masse. Alors, comment est-ce que ça fonctionne?

Le multiplexage avec les multitudes de technologies peut être très différent! En comparant la technique de multiplexage de la chromatographie liquide à celle des tests immunologiques, vous vous rendrez compte qu’elles ne sont pas semblables du tout. Le multiplexage de composés avec le LDTD peut être mélangeant lorsque l’on commence, mais le principe est très simple.

La chromatographie liquide utilise plusieurs canaux de LC pour injecter des échantillons dans un seul spectromètre de masse. Les utilisateurs déterminent la fenêtre d’apparition des pics et optimisent leurs multiples unités afin que les détections ne se chevauchent pas. De cette façon, ils peuvent réduire leur temps d’analyse de 10 minutes par échantillon à 5 minutes par échantillon.

Les tests immunologiques peuvent être multiplexés en ajoutant des microbilles de différentes fluorescence recouvertes de l’anticorps à utiliser. Avec un cytomètre en flux, le nombre d’analytes est calculé en mesurant le nombre de microbilles de chaque couleur par leur fluorescence. Dans ce cas, la plaque doit être lue plusieurs fois, dépendamment du nombre de microbilles différentes. Cette technique est utilisée en recherche plutôt que dans un environnement de production. La deuxième approche consiste à séparer spatialement les anticorps qui ont été capturés sur une surface solide commune. Les anticorps capturés sont placés dans une matrice, qui n’est lue qu’une seule fois, et les coordonnées de l’endroit analysé sont utilisées pour déterminer quelle protéine est détectée.

Avec le LDTD, le multiplexage de composés requiert que l’utilisateur dépose les échantillons extraits l’un par-dessus l’autre dans le même puits de la même plaquette LazWell. Cette plaquette n’est analysée qu’une seule fois et les analytes sont détectés par le spectromètre de masse dans la même plage de temps. Le multiplexage avec le LDTD est utilisé majoritairement en pharmaceutique avec des essais in vitro. Si, par exemple, trois réactions différentes sont nécessaires pour trois interactions avec des enzymes ou des anticorps, les réactions se font séparément et les échantillons résultants sont ajoutés au même puits pour l’analyse.

Le multiplexage de composés avec le LDTD n’est pas utilisé dans les champs où les matrices sont très chargées, comme en toxicologie ou en clinique. Dans ces conditions, l’ajout d’échantillon l’un par-dessus l’autre surchargerait la plaquette avec les interférents des matrices et la forme du pic chromatographique et la sensibilité en seraient grandement affectées. Les échantillons pourraient être dilués pour diminuer la concentration en interférents, mais la sensibilité diminuerait aussi. Dans ces champs de pratique, une approche avec une seule extraction contenant plusieurs analytes est conseillée.

Sujet #4: Ai-je besoin d’un auto-échantillonneur pour déposer les échantillons dans les plaquettes LazWell™?

Non, un dépôt manuel peut être fait. Naturellement, les échantillonneurs automatisés peuvent réduire les erreurs de manipulations et la variabilité significativement, donc ils sont grandement recommandés lorsque le LDTD est utilisé régulièrement. De plus, le dépôt manuel dans les LazWell1536 peut être très difficile à faire!

Gardez en tête que, si vous faites le dépôt manuellement, vos pipettes doivent être calibrées régulièrement pour maintenir la reproductibilité de vos analyses. Pour les LazWell96 et 384, une micropipette qui peut être ajustée entre 0.5 et 10 µL est suffisant. Pour la LazWell1536, une pipette qui peut être ajustée entre 0.1 et 1.0 µL peut être bien utile.

Nouvelles et événements récents
Newsletter

Subscribe to our mailing list

* indicates required